Devenir Virtuose (C) et (D) suite des exercices

Devenir Virtuose (C) et (D)

Etude modale pour la virtuosité _LB_Vidéo C et D

(Cliquez sur le lien ci-dessus pour voir apparaître la vidéo)

  • suite des exercices préparatoires  à l’exécution de l’étude modale pour la virtuosité
  • Le tempo adopté ici est plus rapide car l’acquisition des automatismes digitaux acquis avec: Devenir Virtuose (A) et Devenir Virtuose (B) permettent une plus grande fluidité.
  • Ne pas perdre de vue l’objectif de la mémorisation du clavier diatonique qui permettra d’améliorer la qualité du déchiffrage.
  • Dans les prochains articles seront abordées d’autres exercices capables de développer à la fois la virtuosité digitale et l’acquisition des « briques élémentaires » du langage musical :modes divers et gammes variées, intervalles, arpèges, accords.
  • De plus cette démarche introduira  peu à peu une ouverture vers l’écriture musicale qui ne devrait pas être réservée à la fin des études mais accompagner la progression de l’étudiant.
  • (Pensons à ce que serait une formation littéraire qui attendrait le niveau universitaire pour commencer à  faire rédiger les premiers écrits à ses étudiants…)
  • Et comme d’habitude: « A vos guitares! »

Devenir Virtuose (B)

Etude modale pour la virtuosité _LB_Vidéo B

(Cliquez sur le lien ci-dessus pour voir apparaître la vidéo)

  • Il est important de surveiller la régularité des notes produites par la main gauche dans les liés frappés (ascendants) et  tirés (descendants).
  • =Ne pas jouer en avance ou en retard et donner le même volume sonore aux notes frappées ou tirées
  • Supprimer les claquements produits par le doigt tirant sur la corde (notes tirées)    =suivre la trajectoire naturelle du doigt en suivant sa courbure physiologique
  • Surtout ne pas accélérer avant d’avoir la certitude de l’ exactitude dans tous les paramètres du jeu et dans la mémorisation des notes.
  • =la virtuosité future est à ce prix tant dans l’exécution que dans le déchiffrage              
  • (Le déchiffrage fera l’objet d’articles dédiés dans un proche avenir)
  • Relire les instructions contenues dans la première partie:(Devenir Virtuose A)
  • =vérifier l’oubli ou la minoration d’une recommandation (tendance naturelle à favoriser ce qui marche déjà!)
  • A suivre et toujours:                                                                                                                                      « A vos guitares! »

 

Devenir Virtuose (A)

Etude modale pour la virtuosité _LB_Vidéo A

« Devenir Virtuose » un souhait un rêve qui demande une méthodologie et un investissement personnel!
Cliquez sur le lien ci-dessus pour voir apparaître la vidéo qui enregistrée très lentement* va remplacer avantageusement le métronome pour se « caler » et acquérir les bases indispensables à un entretien ou un développement de la virtuosité: non seulement dans le jeu guitaristique mais aussi dans le déchiffrage.

*(Si la demande m’en est faite je pourrai mettre en ligne les vidéos des exercices à d’autres tempi)

Je recommande de prononcer le nom de chaque note en la jouant. Cette vocalisation se fera de plus en plus discrète, puis intérieure dès la mémorisation complète obtenue:

  •  nom de la note
  • écoute de la note (hauteur, attaque, couleur)
  • visualisation de la note sur la portée
  • « adresse de la note » (telle corde + telle case)
  • les doigtés sont indiqués quand ils changent 1-3 pour les tons (2 cases), 1-2 pour les demi-tons (1 case)
  • les chiffres romains indiquent le « quadruple », les 4 cases couvertes par la main gauche et par conséquent la case ou joue le doigt 1

Il me faut préciser ici que bien que cet exercice concerne beaucoup de guitaristes de tout niveau et de tout style, il suppose des acquisitions techniques et musicales préalables.
Sans solution de proximité avec un professeur compétent, je ne peux que renvoyer vers les cours (aux exercices très progressifs et détaillés) que j’ai écrits et commentés en vidéo dans le cadre de la fameuse imusic-school.

L’accès au répertoire y est rendu aisé par une méthodologie originale que j’ai élaborée au contact de mes élèves pendant des dizaines d’années et mise par le biais d’internet à la disposition de tous ceux qui le désirent.

Voici l’accès aux cours:

http://www.imusic-school.com/professeurs/lucien-battaglia/

Cet exercice est le premier élément A d’une série de 4 (A, B, C, D) pour acquérir ou développer:

1)La vélocité des deux mains

2)Leur coordination dans les gammes et les modes

3)Une parfaite connaissance du manche de la guitare

4)Une solide pulsation rythmique et une bonne régularité

5)Une exécution aisée des liés main gauche  frappés ou tirés

6)La maîtrise du volume sonore

Enfin ces exercices interprétés suivant le protocole suivant…

I)Jouer l’exercice A  au tempo de base noire pointée à 40

II)reprise de A en doublant le tempo

III)Continuer en enchaînant avec B (aux deux tempi), puis idem avec C et D

…permettent de reconstituer l’étude complète qui peut servir de bis!

Tout cela fera l’objet de commentaires et de précisions.
A suivre donc,

Et « A vos guitares »!

Au bout du travail il sera certainement utile de s’aider du fichier ci-dessous ou la vitesse est modulable. (Nécessite le module Scorch à télécharger si absent de votre machine).

EtudeModaleVirtuose

Granada Duo Lucien Battaglia Philippe Jouanneau

Duo Lucien Battaglia Philippe Jouanneau

Le but de cet arrangement était de donner l’impression que la pièce était originellement écrite pour duo de guitares et non pour le piano.

Y suis-je parvenu? A chacun de décider: mais d’une manière plus générale on peut considérer que la problématique de l’arrangement est proche de celle de la traduction d’une poésie d’une langue vers une autre.
Si le poème est bien traduit le lecteur aura l’impression qu’il a été conçu dans sa propre langue.
Ici le fait de jouer sur des guitares rend inutile de surjouer le caractère hispanisant de la pièce.
Par contre le dialogue des deux guitares enrichit le dialogue main droite/main gauche proposé par le piano.
L’amitié avec Philippe Jouanneau qui interprète ici cette oeuvre avec moi est liée à un souvenir déja très ancien mais pour nous deux  inoubliable.

Le mécanisme d’une bonne transcription suppose une première étape d’assimilation de l’original par une étude attentive de la partition certes mais surtout par une écoute des meilleures interprétations: celles qui touchent, racontent une histoire crédible qui entre en résonance avec notre sensibilité et respectent la logique interne de l’oeuvre autant que son inscription dans un style, une époque, un pays, etc.

Après avoir déterminé le choix de la tonalité le plus adapté à la tessiture de la guitare:

(la tonalité originelle n’étant pas toujours et même rarement compatible avec des possibilités raisonnables d’exécution ! )

On obtient un texte brut injouable en plusieurs points.
Il faut alors passer à la phase la plus créative, rechercher non pas une équivalence note à note mais se poser sans cesse la question:

« Quel élément sonore et technique de la guitare pourra produire le résultat poétique le plus proche de celui affirmé par l’original? »

Notre « Duo Lucien Battaglia Philippe Jouanneau » a été un terrain pratique de mise en oeuvre de ces réflexions, et aussi l’occasion d’écrire des oeuvres qui seront mises en ligne et commentées ultérieurement.

 

La question de l’inspiration est primordiale pour le guitariste comme pour le compositeur.
Primordiale et insaisissable, une ombre qui n’est visible qu’avec le soleil dans le dos.
Si de tout temps on a convenu qu’il existait une dimension spirituelle qui conduit les doigts de l’artiste il  faudrait aller voir de plus près  ce que cette notion recouvre et suppose.
Certains sont animés par une foi personnelle (ce qui est mon cas) mais croire qu’il suffit d’attendre la visite de la douce colombe ou de flotter dans les nuages serait pour le moins une « explication » commode.

Une concentration intense avant tout
La certitude spirituelle que la Vie transcende ma propre existence tout en la soutenant est  un puissant moteur de confiance qui « booste » ma créativité et soutient mon inspiration.

Par expérience et c’est le cas de la vidéo « Elégie pour Maranatha » qui ouvre ce blog, il m’arrive des moments de pure grâce où sans aucune sorte de calcul préalable une musique s’impose et semble en effet se poser du ciel sur les portées de la partition avec les « ailes de la foi »(!)                                       « Élégie pour Maranatha »
Mais il arrive que d’autres musiques, conçues dans une idée volontariste, très construites ou issues d’une raison tout à fait utilitaire comme une commande, ou bien écrites dans la douleur et l’ hésitation-  fassent leur chemin et trouvent l’assentiment du public.

Chaque fois qu’un choix se présente dans l’écriture, on peut y voir la possibilité pour l’inspiration de se manifester.Le compositeur se rapproche de l’artisan dont chaque utilisation d’un outil améliore ou compromet le projet initial.La pertinence des options choisies conduit peu à peu de l’ébauche au résultat souhaité.

Notons que l’élément fondamental qui permet de connaître des états de riche productivité est la concentration, non pas les dents serrées et les muscles raidis,  mais celle du champion de tennis qui ne fait qu’un avec la petite balle jaune, son corps, tout entier uni à son instrument -la raquette- devenant un vecteur propulsant toute son énergie dans la direction requise.

Ici se profile une vérité trop souvent méconnue c’est toujours de soi-même que l’on joue et non d’un instrument! Tous les obstacles rencontrés nous parlent de nos difficultés comme de nos dons, de nos refoulements, de notre orgueil ou de notre auto-dépréciation.

Travailler un instrument de musique c’est travailler sur soi-même.
On joue comme on est, on exprime ce que l’on est.
D’où la passionnante conclusion: quelles que soient les difficultés que l’on rencontre cela vaut le coup d’entreprendre le voyage de l’apprentissage.
Plus l’effort à fournir sera  rude plus le bénéfice sur la construction de soi sera grand.
D’autres articles détailleront quelques uns des bénéfices que peut apporter cette démarche et les principaux obstacles à contourner.

Par la plus fine sensibilité du "bout des doigts" passe toute la virtuosité et la richesse expressive
Par la plus fine sensibilité du « bout des doigts » passe toute la virtuosité obtenue par l’entraînement  et la richesse expressive dévoilée « ici et maintenant »

 

La guitare, la musique, autrement ?

Est-il possible d’envisager d’une manière nouvelle le désir de s’exprimer par la musique, de jouer d’un instrument, de créer ses propres oeuvres, et même d’enseigner?

Dans quelle mesure est-il possible d’échapper au carcan des « disciplines »?

Des limites d’âge supposées , des a-priori sur les dons préalables, des blocages émotionnels liés à l’enfance, des idolâtries inconscientes (vedettes et génies seuls seraient légitimes), une méconnaissance des mécanismes de la créativité,  des dernières avancées sur le fonctionnement du cerveau et bien d’autres éléments à élucider contribuent à freiner voire à stopper net le souhait de beaucoup de candidats à la vie artistique en général et musicale en particulier.

Ces freins existent à l’évidence pour l’apprentissage de la guitare, instrument complexe et dont l’enseignement est encore en voie de codification. Mais la production d’une composition personnelle (surtout dans le milieu de la musique dite classique) demande de surmonter des obstacles autrement plus résistants!

Ce blog se propose de donner quelques éléments propres à inciter à aller de l’avant.

Et dans la mesure du possible j’essaierai de répondre aux questions qui me seront posées. Des pistes sur les questions soulevées plus haut seront également ouvertes avec des illustrations diverses, et des articles dédiés, des partitions, des vidéos, etc.

LB GuitarJB_WP6

Démarrer une activité à tout âge

Ceci est mon premier article de mon premier blog.
C’est dire que je considère qu’il est possible de démarrer une activité à tout âge. (71 ans en ce qui me concerne).

LB GuitarJB_WP7

Ma soixantaine d’années de guitare et de musique m’a permis de rencontrer des musiciens et des guitaristes  de tout style.
J’ai eu le privilège d’être enseigné par les plus grands mais j’ai appris tout autant sinon plus au contact de mes élèves (de 4  à 80 ans) …et de tout niveau: du débutant absolu au jeune professeur ou candidat à des concours internationaux!

. Enfin quelques unes des notions les plus importantes qui m’ont guidé et me guident encore ont été glanées dans des domaines extrêmement  variés en dehors de la musique.

Encourager sans réserve à ne pas se laisser limiter à été une constante tout au long de ma carrière d’enseignant.

Tout ceci se précisera en filigrane au long des articles de ce blog.